Prix Nobel de médecine. Hépatite C, vie et mort d'une maladie

Par
Publié le 08/10/2020
Les trois lauréats du prix Nobel de médecine 2020 s'inscrivent dans un long processus de recherche qui a permis de vaincre la maladie. Récit.
hépatite C

hépatite C
Crédit photo : SPL/PHANIE

Le Comité Nobel surfe sur le présent. Et donne de l'espoir en pleine crise Covid. En moins de 50 ans, un virus est identifié après une longue traque. Un test de dépistage est mis au point dans les années quatre-vingt-dix avant l'arrivée dans la décennie 2010 de traitements qui permettent d'envisager une éradication du virus. Dans cette chaîne de savoir, de ténacité qui a permis ce résultat entre le premier en scène, Harvey Alter. Après avoir travaillé avec Baruch Blumberg, le découvreur du virus de l'hépatite et prix Nobel 1976, le jeune chercheur s'efforce d'élucider un mystère. Pourquoi des hépatites post-transfusionnelles sont – elles toujours diagnostiquées alors que l'on ne retrouve pas le virus de l'hépatite B ou A dans les prélèvements sanguins ? Harvey Alter réussit à élaborer un modèle animal de la maladie. La recherche peut enfin s'accélérer grâce à l'anglais Michael Houghton. Recruté par la biotech américaine Chiron, il découvre après six années de recherche éprouvantes, les hépacivirus après avoir cloné un million d'échantillons. Surprise, le tropisme de ce virus n'est pas retrouvé uniquement dans le foie. Mais il peut être à l'origine d'AVC. Résultat immédiat, un test est enfin commercialisé. C'est enfin à Charles Rice, troisième récipiendaire du prix d'apporter sa pierre à l'édifice. Son équipe parvient à construire un génome viral qui se réplique dans le foie des chimpanzés. Les symptômes de la maladie sont retrouvés. La voie est ouverte à la découverte de traitements. Quel sera le futur lauréat du Prix Nobel qui aura grâce à ses travaux réussi a éradiquer le SARS CoV-2 ?


Source : decision-sante.com