Brève

Romain Gary, la promesse tenue

Par
Publié le 16/05/2019
Gary

Gary

La vie et rien d'autre, à l'exception de la littérature, de l'imaginaire, de la France libre, du Général de Gaulle et de sa mère Mina. Elle avait rêvé pour son fils d'un destin littéraire flamboyant, à l'image d'un Victor Hugo ou d'un Léon Tolstoï. Cette yiddishe mame aurait été comblée par l'édition des œuvres de son fils dans la bibliothèque de la Pléiade. Mais comment distinguer le parcours biographique des livres, séparer Romain Gary d’Emile Ajar, le citoyen du monde polyglotte qui écrit en français ou en anglais et le patriote avocat défenseur de l’amour des siens ?

La suite de l’article est réservée aux inscrits.

L’inscription est GRATUITE. Elle vous permet :

  • d’accéder aux actualités réservées aux professionnels de santé,
  • de recevoir les informations du jour directement dans votre boîte mail,
  • de commenter les articles de la rédaction, de participer aux débats et d’échanger avec vos confrères.

Votre inscription NOUS permet de contrôler le contenu auquel nous avons le droit de vous donner accès en fonction de votre profession (directives de l’ANSM).

Inscrivez-vous GRATUITEMENT pour lire la suite de l’article.

Je m'inscris

Déjà inscrit ?

Soutenez la presse qui vous soutient

Abonnez-vous pour bénéficier de l’accès en illimité à tous les articles.